Retour à la case départ

Histoire de l'hydromel

Liens
Plan
Contact
Voter pour ce site avec Hit-Parade

Folklore

Les sociétés celtes et vikings étaient des sociétés guerrières. Il était donc importants de rester capable de tenir son arme et sa langue : l'espérance de vie de ceux qui buvaient trop chutait non à cause d'une cirrhose mais parce qu'un guerrier qu'ils avaient insulté s'était fait justice. Donc même s'ils buvaient beaucoup, il y avait des garde-fous contre des excès qui pouvaient leur être fatals. En témoigne cette énigme anglo-saxonne citée dans MLD 924 par Dan McFeeley :

"I am cherished by men, found far and wide, brought from the groves and from the city-heights, from the dales and from the downs. By day wings bore me in the air, carried me with skill under the shelter of the roof. Afterwards men bathed me in a tub. Now I am a binder and a scourger; straightway I cast a young man to the earth, sometimes an old churl. Straightway he who grapples with me and struggles against my strength discovers that he needs seek the earth with his back, if he forsakes not his folly ere that. Deprived of strength, doughty in speech, robbed of might, he has no rule over his mind, feet, nor hands. Ask what is my name, who those on the earth in daylight bind youths, rash after blows."

Ce qui signifie à peu près :

« Je tisse des liens et je châtis ; incontinent j'envoie un jeune homme à terre, parfois un vieux manant. Incontinent celui qui m'affronte et lutte contre ma force découvre qu'il a besoin de rechercher la terre de son dos. S'il ne renonce pas auparavant. Privé de force, vaillant en parole, dé­pos­­­sédé de son pouvoir, il ne gouverne plus son esprit, ses pieds ni ses mains. Demande quel est mon nom, que ceux sur terre la colère après les coups.» La réponse est : l'hydromel.

Extraits du poème anglo-saxon « The fortunes of men » cité aussi dans MLD 924 :

"... though the hand of the cup bearer become drunk; then he finds that he cannot check his temper with his mouth, but has to pitifully give up his life, must suffer great mis­fortune, deprived of joys, and men call him a suicide and caution against the drink of the drunken man."
« ... cependant que la main qui tient le verre devient ivre; alors il constate qu'il ne peut pas contrôler son ire par sa bouche, mais doit piteuse­ment renoncer à sa vie, il doit souffrir un grand malheur, privé de joies, et les hommes l'appellent suicide et préviennent contre l'excès de boisson de l'homme ivre. »
"Some angry ale-tippler, some man satiated with wine on the mead-bench is deprived of life by the edge of the sword; his words before were too hasty."
« Certain buveur de bière en colère, certain homme repu de vin sur le banc de l'hydro­mel est privé de sa vie par le fil de l'épée; ses dernières paroles furent trop hâtives. »

Le déclin de l'hydromel

Au fur et à mesure que la population européenne augmente le nombre d'abeilles diminue relative­ment. La demande en miel augmente donc alors que l'offre stagne, les prix augmentent. Sur le pourtour méditerrannéen, la culture du raisin coûte beaucoup moins cher que l'apiculture. Et donc le vin y détrône très tôt (protohistoire ?) l'hydro­mel. L'Egypte et Babylone semblent avoir très tôt préféré la bière.

Dans l'Europe non-productrice de vin, Angleterre, Scandinavie, Angleterre, Europe de l'Est, la consommation d'hydromel a perduré et une cause assez inattendue y a mis fin : le protestantisme. Fini le faste des églises catholiques et leurs cierges, l'austérité protestante ne fait pas le bonheur des apiculteurs qui perdent peut-être la moitié de leur revenus à cause de la chute de la demande de cire dont les églises étaient grosses consommatrices. Si tout le revenu des apiculteurs est tiré du miel, mécaniquement les prix augmentent et l'hydromel n'est vraiment plus abordable. Les seuls pays non producteurs de vin qui ne sont pas devenus protestants sont la Pologne (catholique, Jean Paul II est polonais par exemple) ou les pays orthodoxes comme la Russie. Gayre note dans hist1 que ce sont (en 1950) les seuls pays où l'hydromel est encore consommé [chapitre 8 de hist1]. On peut de nos jours encore trouver de l'hydromel polonais dans le commerce (Wawel.)


28 février 2003